Catégories
Non classifié(e)

Dimitri Mitropoulos – The Complete RCA and Columbia Album Collection (Sony Classical)

On n’osait plus l’espérer, mais SONY Classical vient d’annoncer la parution en avril 2022 d’un important coffret regroupant tous les enregistrements réalisés par Dimitri Mitropoulos pour Columbia et RCA.

Pour certains enregistrements, notamment des concertos avec Isaac Stern et Zino Francescatti, le coffret comporte également à titre de complément des enregistrements dirigés par d’autres chefs. 

Le coffret propose les extraits de Boris Godounov enregistrés pour le « Book of the Month Club », mais on n’y trouve cependant pas les autres enregistrements réalisés pour d’autres éditeurs, à savoir notamment:

-Bach-Casella Chaconne & Malipiero Symphonie n°7 « Delle Canzoni » RAI Orch. Torino (Cetra Soria)

-Prokofiev Ouverture sur des Thèmes Hébreux Op.34 & Quintette en sol majeur Op.39 Howard Swanson Night Music  D. Mitropoulos, cond. « The New York Ensemble of the Philharmonic Scholarship Winners » (US Decca).

-Puccini Madama Butterfly (abrégé) Dorothy Kirsten, Mildred Miller, Daniele Barioni – Metropolitan Opera Orchestra (Book of the Month Club)

-Puccini Tosca (intégrale) avec Dorothy Kirsten, Daniele Barioni, Frank Guarrera, Salvatore Baccaloni  – Metropolitan Opera Orchestra (Book of the Month Club)

-Schoenberg Serenade Op.24 Warren Galjour, Baryton, Louis Krasner, Ralph Mersh, Seymour Barab, Clark Brody, Eric Simon, Sal Piccardi, John Smith (Concert Hall). Il serait souhaitable que l’éditeur trouve un moyen d’inclure cet enregistrement, car il a été approuvé par le compositeur

-Tchaïkovsky Eugène Onegine (extraits en anglais) Frank Guarrara, Richard Tucker, Lucine Amara, Rosalind Elias, Giorgio Tozzi  – Metropolitan Opera Orchestra (Book of the Month Club).

-Wagner Walküre (extraits) avec Ramon Vinay, Marianne Schech, Norman Scott, Hermann Uhde et Blanche Thebom  –  Metropolitan Opera Orchestra (Book of the Month Club).

On se réjouira tout particulièrement de voir enfin republier tous ses enregistrements avec le Minneapolis Symphony Orchestra, que Columbia a très peu réédités. La plupart n’ont été rendus accessibles que grâce aux efforts conjoints du petit éditeur Nickson et de l’orchestre, mais ces CD publiés dans les années 90 sont maintenant pratiquement  introuvables.

Ce que Mitropoulos a enregistré pour le disque  (une seule symphonie de Beethoven, de Mahler ou de Prokofiev, aucune symphonie ni aucun concerto de Brahms, pratiquement pas d’opéras etc..), est très loin de représenter son vaste répertoire  et on ne peut que souhaiter qu’un effort de même ampleur soit consenti pour regrouper ses enregistrements publics, dont beaucoup ont certes été publiés, mais ces éditions ne sont pas récentes en tendent à devenir de plus en plus difficiles à trouver.

_____________

It was no longer hoped, but SONY Classical has just announced an important Boxset to be published in April 2022. It will be comprised of all the recordings made by Dimitri Mitropoulos for Columbia and RCA.

For some  recordings, e.g. concertos with Isaac Stern and Zino Francescatti, performances with other conductors are offered as a complement.

The Boxset gives the excerpts of Boris Godounov that were recorded for the « Book of the Month Club ». Unfortunately, no other recording made for other firms are to be found, especially:

Bach-Casella Chaconne  & Malipiero Symphony n°7 « Delle Canzoni » RAI Orch. Torino (Cetra Soria)

-Prokofiev Overture on Hebrew Themes  Op.34 & Quintet in G major Op.39  – Howard Swanson Night Music   D. Mitropoulos, cond. « The New York Ensemble of the Philharmonic Scholarship Winners » (US Decca).

-Puccini Madama Butterfly (slightly abridged) Dorothy Kirsten, Mildred Miller, Daniele Barioni – Metropolitan Opera Orchestra (Book of the Month Club)

-Puccini Tosca (complete) with Dorothy Kirsten, Daniele Barioni, Frank Guarrera, Salvatore Baccaloni  – Metropolitan Opera Orchestra (Book of the Month Club)

-Schoenberg Serenade Op.24 Warren Galjour, Baryton, Louis Krasner, Ralph Mersh, Seymour Barab, Clark Brody, Eric Simon, Sal Piccardi, John Smith (Concert Hall). Let’s hope the editor will find a way to include it, since it was approved by the composer.

-Tchaïkovsky Eugene Onegin (excerpts in English) Frank Guarrara, Richard Tucker, Lucine Amara, Rosalind Elias, Giorgio Tozzi – Metropolitan Opera Orchestra (Book of the Month Club).

-Wagner Walküre  (excerpts) with Ramon Vinay, Marianne Schech, Norman Scott, Hermann Uhde and Blanche Thebom –  Metropolitan Opera Orchestra (Book of the Month Club).

it is a major event to see back in the catalog all his recordings with the Minneapolis Symphony Orchestra, which Columbia only sparcely reissued, . Most of them had been made available thanks to the joint efforts of the small firm Nickson and of the orchestra, but this dates back to the 90’s and these CDS are now almost impossible to find.

Mitropoulos commercial recordings (only one symphony by Beethoven, Mahler or Prokofiev, no symphony and no concerto by Brahms, almost no opera etc..) are very far from representing his very large repertoire, and let’s hope that an effort of the same scope will be made to publish together his public recordings. Many of them have already been published, but these editions are not recent and have become  more and more difficult to find.

_____________

Le contenu du coffret (69 CD) est le suivant/ The content of the Boxset is as follows:

CD1- Liszt, Arr. Busoni:Rhapsodie Espagnole, S.254 – Borodin: Symphony No 2 in B Minor, Op. 5 Minneapolis Symphony Orchestra

CD2- Mozart: Thamos, König in Ägypten, K.345/336a: Entr’acte No. 1 – Entr’acte No. 2 –  Grieg: 2 Elegiac Melodies, Op. 34 – Bach, J.S., Arr. L. Weiner: Toccata, Adagio & Fugue in C Major, BWV 564 – Lully, Arr. Mottl: Ballet du temple de la paix, LWV 69 – Dvořák: Slavonic Dances, Op. 46 n°1 & 3 – Chabrier: Joyeuse marche – Meyerbeer: Le prophète, Act III: Coronation March Minneapolis Symphony Orchestra

CD3-Bach, J.S., Arr. Mitropoulos: Fantasia and Fugue in G Minor, BWV 542 « Great »
Bach, J.S., Arr. H. Bösenroth: Choral Prelude for Organ BWV 680 « Wir glauben all’ an einen Gott »  – Glazunov: Overture on Three Greek Themes, Op. 3, No. 1    Ravel, Arr. Chardon: Piece en Forme de Habanera Minneapolis Symphony Orchestra

Glazunov, Arr. Rogal-Lewitzsky: Chopiniana – Suite for Orchestra based on Piano Pieces by Frederic Chopin, Op. 46 – Robin Hood Dell Orchestra

CD4 -Mozart: Concerto No. 10 in E-Flat Major for Two Pianos and Orchestra, K. 365 – Vitya Vronsky & Victor Babin Robin Hood Dell Orchestra
Piano Concerto No. 7 in F Major for Three Pianos and Orchestra, K.242 « Lodron Concerto » Rosina Lhevinne, Vitya Vronsky & Victor Babin Little Orchestra Society (Thomas Scherman)

CD5 – Milhaud: Le boeuf sur le toît, Op. 58 – Ravel: Le tombeau de Couperin, M. 68a – Couperin, Arr. Milhaud: Overture and Allegro from « La Sultane Suite » Minneapolis Symphony Orchestra
Rabaud: La procession nocturne, Op. 6 – New York Philharmonic

CD6 – Chausson: Symphony in B-Flat Major, Op. 20 – Walton: Portsmouth Point Overture Minneapolis Symphony Orchestra

CD7 – Puccini: Manon Lescaut, Act III: Intermezzo – Mascagni: Cavalleria rusticana, Act II: Intermezzo Wolf-Ferrari: I gioielli della Madonna (The jewels of the Madonna). Act II: Intermezzo; Act III: Intermezzo – Menotti: Sebastian (Ballet Suite) Robin Hood Dell Orchestra
Massenet: Scènes Alsaciennes Suite No. 7 Minneapolis Symphony Orchestra

CD8 – Rachmaninoff: The Isle of the Dead, Op. 29 – Vaughan-Williams: Fantasia on a Theme by Thomas Tallis Minneapolis Symphony Orchestra

CD9- Mahler: Symphony No. 1 in D Major « Titan » – Minneapolis Symphony Orchestra

CD10 – Tchaikovsky: Symphony No. 2 in C Minor, Op. 17 « Little Russian » – Minneapolis Symphony Orchestra

CD11 – Khachaturian: Piano Concerto in D-Flat Major, Op. 38 – Rubinstein: Piano Concerto No. 4, Op. 70 Oscar Levant – New York Philharmonic

CD12 – Tchaikovsky: Piano Concerto No. 1 in B-Flat Major, Op. 23 (Remastered 1999) Artur Rubinstein – Minneapolis Symphony Orchestra

CD13 – Poulenc: Concerto in D Minor for Two Pianos and Orchestra Arthur Whittemore & Jack Lowe RCA Victor Symphony Orchestra

Brahms: Variations on a Theme by Haydn, Op. 56b for Two Pianos – (Arthur Whittemore & Jack Lowe)

CD14 – Sessions: Symphony No. 2 – Gould: Philharmonic Waltzes  New York Philharmonic
Lalo: Le roi d’Ys: Overture – Siegmeister: Ozark set  Minneapolis Symphony Orchestra

CD15 – Schumann: Symphony No. 3 in E-Flat Major, Op. 97 « Rhenish »
Weinberger: Schwanda the Bagpiper – Gould: Ministrel Show Minneapolis Symphony Orchestra

CD16 – Rachmaninoff: Symphony No. 2 in E Minor, Op. 27 Minneapolis Symphony Orchestra

CD17 – Franck: Symphony in D Minor, FWV 48 Minneapolis Symphony Orchestra

CD18 – Tchaikovsky: Symphony No. 4 in F Minor, Op. 36 Minneapolis Symphony Orchestra

CD19 – Beethoven: Symphony No. 6 in F Major, Op. 68 « Pastorale » Minneapolis Symphony Orchestra

CD20 – Mendelssohn: Symphony No. 3 in A Minor, Op. 56, « Scotch » – Capriccio brillant in B Minor, Op. 22 Joanna Graudan, piano – Octet in E-Flat Major, Op. 20: III. Scherzo. Allegro leggierissimo Minneapolis Symphony Orchestra

CD21 – Dukas: L’Apprenti sorcier in F Minor – Rimsky-Korsakov: The Golden Cockerel (Suite) Prokofiev: Symphony No. 1 in D Major, Op. 25 « Classical » – Glière: Red Poppy Ballet Suite: Russian Sailor’s Dance Minneapolis Symphony Orchestra

CD22 – Schumann: Symphony No. 2 in C Major, Op. 61
Rimsky-Korsakov: The Golden Cockerel (Suite); Bridal Procession Minneapolis Symphony Orchestra

CD23 – Chopin: Piano Concerto No. 1 in E Minor, Op. 11 Edward Kilenyi – Minneapolis Symphony Orchestra

CD24 – Brahms: Variations on a Theme by Haydn, Op. 56a « St. Anthony’s Choral »
Weber: Jubel-Ouvertüre, Op. 59 – Beethoven: Coriolan Overture, Op. 62 Leonore Overture No. 3 in C Major, Op. 72a  Minneapolis Symphony Orchestra

CD25 – Bloch: Schelomo – Hebraic Rhapsody for Cello & Orchestra
Saint-Saëns: Cello Concerto No. 1 in A Minor, Op. 33 Leonard Rose New York Philharmonic

CD26 – Stravinsky: Petrushka (1911 Version)- New York Philharmonic

CD27/28 – Berg: Wozzeck, Op. 7 Mack Harrell, Eileen Farrell, Joseph Mordino, Ralph Herbert, David Loyd New York Philharmonic

CD29 -Debussy: La Mer New York Philharmonic
Debussy: Images pour orchestre, L. 122, No. 2 – Philadelphia Orchestra (Ormandy)

CD30 – Schoenberg: Erwartung, Op. 17 Dorothy Dow New York Philharmonic
Krenek: Symphonic Elegy for String Orchestra (In Memoriam of Anton Webern)
Schoenberg: Verklärte Nacht, Op. 4 Strings of the New York Philharmonic

CD31 – Bruch: Concerto No. 1 in G Minor for Violin and Orchestra, Op. 26 – Saint-Saëns Concerto No. 3 in B Minor for Violin and Orchestra, Op. 61 Zino Francescatti New York Philharmonic
Beethoven: Romance for Violin and Orchestra in G Major, Op. 40 & in F Major, Op. 50 Zino Francescatti Columbia Symphony Orchestra (Jean Morel)

CD32 – Gould: Fall River Legend Ballet Suite – Couperin, Arr. Milhaud: Overture and Allegro from « La Sultane Suite » – Travis: Symphonic Allegro New York Philharmonic
Gottschalk: Cakewalk Ballet Suite Philadelphia Orchestra (Ormandy)

CD33 – Berlioz: Roméo et Juliette, Op. 17, H 79 (Orchestral) – New York Philharmonic

CD34 – Prokofiev: Concerto No. 2 in G Minor for Violin and Orchestra, Op. 63 Zino Francescatti New York Philharmonic
Bach, J.S.: Violin Concerto No. 2 in E Major, BWV 1042 Zino Francescatti Cleveland Orchestra (Szell)
Prokofiev: Concerto No. 3 for Piano and Orchestra in C Major, Op. 26 Dimitri Mitropoulos piano & cond. Robin Hood Dell Orchestra

CD35 – Scriabin: Symphony No. 4, Op. 54 « Le Poème de l’extase » Promethée, le poème du feu, Op. 60 New York Philharmonic

CD36 – Shostakovich: Symphony No. 5 in D Minor, Op. 47 New York Philharmonic

CD37 – Ippolitov-Ivanov: Caucasian Sketches, Suite No. 1, Op. 10 – Borodin, Arr. Rimsky-Korsakov: Prince Igor, Act II: Polovtsian Dances – In the Steppes of Central Asia New York Philharmonic

CD38 – Schoenberg: Concerto for Violin and Orchestra, Op. 36 Louis Krasner New York Philharmonic
Berg: Concerto for Violin and Orchestra « To the Memory of an Angel » Louis Krasner Cleveland Orchestra (Rodzinski)

CD39 – Mendelssohn: Symphony No. 3 in A Minor, Op. 56, « Scotch » Symphony No. 5 in D Major, Op. 107 « Reformation » Die Hebriden, Op. 26 -Ruy Blas, Op. 95: Overture New York Philharmonic

CD40 – Mennin: Symphony No. 3 New York Philharmonic
Riegger: Symphony No. 3 in G Major, Op. 42 Rochester Philharmonic Orchestra (Hanson)

CD41 – Shostakovich: Symphony No. 10 in E-Minor, Op. 93 New York Philharmonic

CD42 – Berlioz: Les nuits d’été, Op. 7 – Eleanor Steber Columbia Symphony Orchestra
Berlioz: La captive, H 60 – Le jeune Pâtre breton, H 65 – Zaïde (Boléro), Op.19 No. 1 –Eleanor Steber Columbia Symphony Orchestra (Jean Morel)

CD43 – Mendelssohn: Violin Concerto in E Minor, Op. 64
Tchaikovsky: Violin Concerto, Op. 35 Zino Francescatti New York Philharmonic

CD44 – Borodin: Symphony No. 2 in B Minor, Op. 5
Tchaikovsky: Orchestral Suite No. 1, in D Minor, Op. 43 (3rd movement « Intermezzo » omitted) New York Philharmonic

CD45 – Tchaikovsky: Symphony No. 5 in E Minor, Op. 64 New York Philharmonic

CD46 – Shostakovich: Violin Concerto No. 1 in A Minor, Op. 99 David Oïstrakh New York Philharmonic

CD47 – Beethoven: Piano Concerto No. 5 in E-Flat Major, Op. 73 « Emperor » Robert Casadesus New York Philharmonic
Bach, J.S.: Concerto for 3 Pianos in D Minor, BWV 1063  Robert, Gaby & Jean Casadesus New York Philharmonic

CD48 – Prokofiev: Lieutenant Kijé Suite, Op. 60 (Symphonic suite for Orchestra)
Kodály: Háry János Suite New York Philharmonic

CD 49 – Saint-Saëns: Danse macabre, Op. 40 – Le rouet d’Omphale, Op. 31 – Phaëton, Poème symphonique, op. 39 – La jeunesse d’Hercule – Poème symphonique New York Philharmonic

CD50 – Vaughan-Williams: Symphony No. 4 in F Minor New York Philharmonic  – Fantasia On A Theme by Thomas Tallis – Strings of the New York Philharmonic

CD51 – Schuller: Symphony for Brass and Percussion, Op. 16 Brass Ensemble Of The Jazz And Classical Music Society

J.J. Johnson: Poem For Brass – John Lewis: Three Little Feelings – Jimmy Giuffre: Pharaoh (cond: Gunther Schuller)

CD52 – Kirchner: Piano Concerto No. 1 Leon Kirchner New York Philharmonic
W. Schuman: Credendum – Article of Faith Philadelphia Orchestra (Ormandy)

CD53 – Falla: Noches en los Jardines de España Robert Casadesus El sombrero de tres picos, Suite No.2 New York Philharmonic

CD54 – Dukas: L’Apprenti sorcier – Weinberger: Schwanda the Bagpiper – Strauss, R.: Salome, Op. 54: Dance of the 7 Veils – Liszt: Les préludes, S.97 New York Philharmonic

CD55 – Tchaikovsky: Symphony No. 6 in B Minor, Op. 74 « Pathétique » New York Philharmonic

CD56: Prokofiev: Violin Concerto No. 1 in D Major, Op. 19 Isaac Stern New York Philharmonic
Prokofiev: Violin Concerto No. 2 in G Minor, Op. 63 Isaac Stern New York Philharmonic (Bernstein)

CD57/58 – Barber: Vanessa, Op. 32 Eleanor Steber, Nicolaï Gedda, Rosalind Elias, Regina Resnik, Giorgio Tozzi Metropolitan Opera Orchestra & Chorus

CD59 – Prokofiev: Romeo and Juliet Ballet, Op. 64 (Excerpts) New York Philharmonic

CD60/61 – Mussorgsky: Boris Godunov (In English – Abridged) Giorgio Tozzi, Charles Kullman, Norman Scott, Albert da Costa, Nell Rankin Metropolitan Opera Orchestra & Chorus

CD62 – Berlioz: Symphonie Fantastique, Op. 14 New York Philharmonic

CD63 – Tchaikovsky: Slavonic March, Op. 31 – Capriccio Italien, Op. 45
Mussorgsky: Night On Bald Mountain Skalkottas: Four Greek Dances New York Philharmonic

CD64 – Verdi: Un Ballo in Maschera (Abridged) Zinka Milanov, Marian Anderson, Roberta Peters, Jan Peerce, Leonard Warren Metropolitan Opera Orchestra

CD65 – Lalo: Symphonie Espagnole Zino Francescatti New York Philharmonic
Walton: Concerto for Violin and Orchestra Zino Francescatti- The Philadelphia Orchestra (Ormandy)

CD66 – Hindemith: Sonata for Oboe and Piano Harold Gomberg, Dimitri Mitropoulos
Löffler: 2 Rhapsodies for Oboe, Viola and Piano (Remastered) – Harold Gomberg, Milton Katims, Dimitri Mitropoulos

CD67 – Beethoven: Piano Concerto No. 3 in C Minor, Op. 37 Jean Casadesus New York Philharmonic
Mozart: 9 Variations on a Minuet by Jean Pierre Duport, K. 573 (Casadesus)

CD68/69 Verdi Un Ballo in Maschera Zinka Milanov, Marian Anderson, Roberta Peters, Jan Peerce, Robert Merrill Metropolitan Opera Orchestra & Chorus (complete)

Catégories
Non classifié(e)

Furtwängler – Retour sur l’Édition SACD d’EMI Japan (2011)

English Version Please Click HERE

La firme Warner a fait procéder en 2020-2021 à une re-numérisation (24bits/192KHz) des disques et des bandes des enregistrements de Furtwängler réalisés pour des firmes de disque depuis 1926, ce y compris Polydor, Telefunken, DGG et Decca, sans utiliser de fichiers provenant de numérisations antérieures.

En 2011, EMI avait, avec son équipe des studios d’Abbey Road, procédé à une telle numérisation (24bits/96KHz) en vue d’une édition EMI de référence sous forme de SACD publiés au Japon. Certains fichiers HD ont également été un certain temps accessibles au public en téléchargement. En dix ans, temps qui sépare les deux projets, la technique a très peu évolué, et la différence entre les deux formats n’implique qu’une différence de qualité que l’on pourrait qualifier de marginale, mais par contre, les bandes de Furtwängler ont été enregistrées entre 1949 et 1954, et dix ans de plus, cela compte.

A l’époque, EMI avait publié ceci:

Comme c’est maintenant le cas pour le coffret Warner, une vidéo avait été mise en ligne, dans laquelle Simon Gibson expliquait sobrement les étapes de la production qui reprennent le schéma ci-dessus. Pour la revoir, cliquer ICI

De la comparaison entre les deux processus réalisés à dix ans d’intervalle, on peut tirer les remarques suivantes:

I- Les programmes de publication ne sont pas les mêmes dans les deux cas, l’Édition SACD s’étant intéressée également à des enregistrements d’origine radiophonique déjà publiés par EMI (Symphonies de Brahms et de Bruckner etc…), et ayant omis un certain nombre d’enregistrements EMI d’œuvres enregistrées plus d’une fois (Beethoven Symphonies n°3 & 4, Brahms n°1 etc…).

II- La procédure de recherche des disques et des bandes « master » et la comparaison des différentes sources est essentiellement la même dans les deux cas. Toutefois, en 2020-2021, la recherche a été plus poussée et a permis de trouver d’autres bandes et des prises inédites réalisées lors de séances d’enregistrement.

III- Le temps semble avoir fait son œuvre. Alors qu’en 2011, S. Gibson faisait état de bandes « en général en bon état », en 2020-2021, on parle d’un certain nombre d’allers et retours fiévreux avec les Archives de Hayes (Middlesex) pour trouver des bandes exploitables. N’aurait-il pas été plus simple d’utiliser certaines des « copies numériques droites » réalisées en 2011, qui après tout avaient également été réalisées dans un but d’archivage?

IV- Pour la Symphonie n°7 de Beethoven (WPO-1950), l’Édition de 2011 a utilisé pour la première fois les bandes « master » comportant les prises sélectionnées mises bout à bout, mais non montées, de préférence aux bandes « master » ayant servi pour graver les 33t. et un montage numérique entre ces différentes prises s’était avéré nécessaire (voir la vidéo entre 14′ et 17′). L’affirmation de Warner a être le premier à ne plus utiliser les anciennes bandes « master » ayant servi pour les 33t. est donc infondée. L’édition de 2021 est repartie des prises originelles qui ont été retrouvées dans les Archives. Que sont donc devenues les excellentes bandes « master » utilisées en 2011? A moins qu’il s’agisse plus ou moins des mêmes.

V- Simon Gibson mentionne (vidéo à partir de 11’30 ») qu’au début des enregistrements de Furtwängler sur bandes magnétiques (à partir d’août 1949 en ce qui le concerne), les prises entre les derniers mois de 1949 (donc à Lucerne) et le début de 1950 (donc à Vienne) étaient faites par sections de 4′ environ correspondant à la durée d’une face 78t., mais en raison du caractère encore expérimental de l’utilisation de la bande, la gravure de matrices 78t. était également réalisée simultanément in situ. En d’autres termes, il fallait transporter les deux équipements sur place. Ce n’est qu’ensuite que le magnétophone a été utilisé à lui seul. Les informations du coffret Warner ne sont pas conformes à ce schéma. On notera que pour l’Édition SACD, certaines prises expérimentales sur bande faites à Vienne en 1950 ont ainsi été utilisées pour la première fois.

VI- Pour reporter des faces de 78 tours à partir des matrices métalliques d’origine, la pratique a longtemps été de procéder à des pressages vinyles, beaucoup plus silencieux que la gomme laque utilisée pour presser les disques commerciaux, et ensuite de les lire. En 2011, la technique employée, qui donnait des résultats incomparablement supérieurs, était de lire directement les matrices métalliques avec des pointes de lectures spéciales.

VII- Une dernière précision. S’il s’avère que, pour la Septième de Beethoven, EMI est bien parti en 2011 de la bande master, cela a été également le cas à la même époque pour la Quatrième de Schumann (DGG-Japon)* et dans les deux cas le son des SACD s’avère excellent.

Cet article permet de rendre un juste hommage à l’équipe d’Abbey Road qui a fait un énorme travail de pionnier concernant le legs discographique de Furtwängler, en regrettant profondément qu’elle ait été démantelée.

    * Cliquer ICI (Paragraphe III)

 

Catégories
Non classifié(e)

Au sujet du coffret « The Complete Wilhelm Furtwängler on Record »

English Translation:  click HERE

Ce coffret de 55 CD dont la composition est donnée ici: Composition du Coffret   propose la totalité des enregistrements commerciaux de Wilhelm Furtwängler, y compris les enregistrements, notamment publics qui n’avaient pas été publiés à l’époque, et les prises alternatives existantes des enregistrements commerciaux.

Warner a malencontreusement dissout l’équipe londonienne qui opérait dans les studios d’Abbey Road, et fait maintenant appel à Art et Son. Dans le cas particulier de Furtwängler, la grande majorité des enregistrements d’origine EMI a été numérisée en 24 bits/96 KHz par l’équipe d’Abbey Road, il y a maintenant dix ans, en vue d’une édition en SACD au Japon, qui fait figure de référence. On peut dès lors s’étonner d’une part que l’on procède de nouveau, en 2021, à cette numérisation, avec le risque de la dégradation éventuelle des bandes qui ont été enregistrées entre 1949 et 1954, et d’autre part, que l’on n’ait pas fait appel pour ce faire à Paul Baily, un ancien d’Abbey Road, qui connaît très bien le « son Furtwängler », comme le montrent amplement ses reports réalisés pour le label Testament.

On peut enfin se réjouir du retour au catalogue (CD14 et CD16) de l’ « Eroïca » de Beethoven et de la Symphonie n°1 de Brahms (WPO-1947), et surtout (CD22) de la Symphonie n°4 de Beethoven (WPO-1950), qui quoique très supérieure au « remake » de 1952, était introuvable depuis des dizaines d’années. 

On notera que les premiers enregistrements sur bande ont été effectués à Lucerne en août 1949 (CD21):

29-31.VIII.1949, Kunsthaus, Lucerne New remastering 2021 from original tapes

I- Les nouveautés au catalogue Warner:

1- En plus des enregistrements Polydor déjà présents dans le récent coffret DGG (2019), on trouve la Danse Slave n°3 De Dvorák (CD3) et deux extraits de répétition (CD2: Mendelssohn Ouv. Hébrides et surtout Strauss Till Eulenspiegel), trois enregistrements déjà publiés en 2004 par la Société Wilhelm Furtwängler (coffret 3CD SWF 042/4), ainsi que l’Ouverture du Freischütz de Weber enregistrée en 1926.

2- La 9ème de Beethoven (CD5) donnée le 1er mai 1937 au Queen’s Hall de Londres (BPO; The London Philharmonic Choir). Cet enregistrement avait déjà été publié en CD au Japon par EMI-Toshiba (TOCE-6057) et surtout le Wilhelm Furtwängler Center of Japan (WFCC-0301).

3- Des enregistrements de Covent Garden 1937 (CD 6 à 8: Walküre Acte III et extraits de Götterdämmerung). Ils ont déjà été publiés sous divers labels (Immortal Performances, Music and Arts, Myto).

4- Quatre faces de prises alternatives de la Symphonie n°2 de Brahms, enregistrée à Londres par Decca avec le LPO en 1948 (CD17). Elles ont déjà fait l’objet d’une parution par le Wilhelm Furtwängler Center of Japan.(CD WFFC1801-HYM), à ceci près que les prises retenues pour la version « en continu » ne sont pas les mêmes. Les prises supplémentaires pour le coffret Warner sont de ce fait 12080-1;12082-1;12083-1 et 12086-1, alors que ce sont 12080-2, 12082-3; 12083-2; 12086-2 pour le CD du WF Center of Japan.

5- Les CD 41 à 43 sont consacrés à la Matthäus-Passion de Bach, suivant un nouveau un montage à partir des concerts des 14 et 17 avril 1954:

live: 14 & 17.IV.1954, Grosser Saal, Konzerthaus, Wien New editing and new remastering 2021  

On connaît une précédente publication avec un autre montage (EMI a sauf erreur enregistré les quatre concerts), et l’omission de certains airs de basse à la demande du chanteur (EMI Classics Références 2 CD 7243 5 65509). La totalité du concert du 15 mai 1954 tel que diffusé par Rot-Weiss-Rot avec une prise de son moins proche que celle d’EMI a été publiée dans un Coffret Orfeo (C834 118Y).

L’utilisation mentionnée du dernier concert (17 avril à 15h) peut sembler étonnante au vu du fait qu’au moment du concert de la veille, le 16 avril à 19h30, il a été annoncé qu’Anton Dermota, qui assurait la partie de l’Évangéliste et toute la partie de ténor, avait décidé de chanter en dépit d’une grosse bronchite (« schwere Erkältung ») pour ne pas compromettre le concert, et qu’il est hautement probable que, le 17, son état vocal ait été problématique.

Insert dans le programme du 16 avril 1954

6- Enfin, le CD54 est dédié à des inédits enregistrés en studio en 1950 (voir aussi la plage 9 du CD24), ce à quoi s’ajoute un enregistrement radiophonique, l’ « Inachevée » de Schubert en concert à Copenhague le 1er octobre 1950.

II- Le cas des Variations Haydn de Brahms enregistrées à Vienne les 18 et 23 décembre 1943:

Il existe ici pas moins de 8 faces 78 tours de prises alternatives, dont l’intérêt est capital, car d’une prise à l’autre, il y a des nuances de phrasé et de tempo qui attestent d’un travail perpétuel sur l’orchestre comme l’écrit justement Olivier Verrey. Dans cette édition Warner qui se voulait exhaustive notamment en ce qui concerne les prises alternatives, l’oubli de ces documents (à moins que la liste des plages donnée par l’éditeur soit erronée) est inexplicable.

Elles ont fait l’objet de deux éditions en microsillon dues respectivement aux Sociétés W. Furtwängler française et japonaise.(SWF 7602 et JPL-1196), avec les indications de W. Furtwängler et deux textes, l’un  d’Élisabeth Furtwängler et l’autre d’Olivier Verrey. La Face 1 propose les 6 prises retenues et la Face 2, les 8 prises alternatives, dont 4 pour les variations V et VI.

III- Le cas de la 4ème de Schumann (CD 36):

Contrairement aux éditions précédentes, une seule date est mentionnée pour cet enregistrement:

14.V.1953, Jesus Christus Kirche, Berlin-Dahlem

On connaît le récit selon lequel Furtwängler, insatisfait des prises morcelées a exigé de jouer une dernière fois l’œuvre dans sa totalité et sans interruption, faute de quoi, il abandonnerait l’enregistrement. De ce point de vue, une seule date, le 14 est donc plausible.

Mais la documentation nous raconte une autre histoire. En effet, il y a eu, avec les 104 musiciens du BPO, trois séances d’enregistrement, les 12, 13 et 14 mai, ce qui soit dit en passant fait beaucoup pour une œuvre durant tout juste une demi-heure:

Mais, on voit aussi, écrit en bleu de la main de la productrice Elsa Schiller, la mention d’une séance supplémentaire d’une heure, le 19 mai entre 12 et 13 heures pour des raccords (« Korrektüren »).

Cependant, le document définitif signé le 18 juin par Elsa Schiller n’indique pas si les montages de la prise globale du 14 mai proviennent seulement de la séance du 19 mai, ou bien aussi des autres dates, les 12 et 13 mai:

Ces documents étaient joints aux bandes originales 76 cm/s qui ont été utilisées pour l’édition en 2011 au Japon sous forme de SHM-CD UCCG-9787 et de SACD UCGG-9020.

IV- Le cas du Prélude de Lohengrin (Acte I) à Lucerne:

Il existe deux enregistrements de ce Prélude effectués à Lucerne. Le premier a été réalisé le 30 août 1947 au Kunsthaus et a été publié en 1998 par Testament (CD SBT 1141) à  partir des matrices 2ZA 42-43. Il est étonnant qu’il ne fasse pas partie des enregistrements publiés dans ce coffret.

Le second, qui est par contre inclus dans le coffret Warner a été effectué le 29 août 1949 au Kunsthaus  (matrices 2ZA 61/62) et il a été publié en 1978 par la Société Wilhelm Furtwängler (microsillon SWF 7801).

Espérons que le texte du livret joint au coffret apportera des réponses à certaines des questions posées ici.

Catégories
Non classifié(e)

Coffret Warner 55 CD: « The Complete Wilhelm Furtwängler on Record »

Warner vient d’annoncer la publication d’un coffret de 55 CD consacré à la totalité des enregistrements réalisés par Wilhelm Furtwängler, non seulement pour le groupe EMI, mais également sous les labels Polydor, Telefunken, Decca et DGG. Il s’agit des enregistrements de studio, mais également d’enregistrements en public, mais seulement ceux  effectués à l’époque par EMI (Wagner à Covent Garden en 1937, Passion selon St-Matthieu de Bach à Vienne en 1954). Cette édition comprend un certain nombre de prises alternatives, dont certaines inédites, mais aussi des extraits de répétition provenant d’enregistrements Polydor déjà publiés par la Société Wilhelm Furtwängler (SWF). Les enregistrements publics de source radiophonique, déjà publiés par EMI, ne font pas partie de cette édition. Un inédit dont nous avons révélé l’existence sur ce site, à savoir  la « Symphonie Inachevée » de Schubert provenant du concert donné avec le WPO le 1er octobre 1950 au Odd Fellow Palaeet de Copenhague, est proposé en « bonus ». La publication est prévue pour le 24 septembre. Une première analyse est ici: Au sujet du Coffret

Warner has just announced the publication of a 55 CD Album dedicated to all the recordings made by Wilhelm Furtwängler not only for the EMI group, but also for the other labels Polydor, Telefunken, Decca and DGG. It is comprised of studio recordings, but also of live recordings, but only when these were made by EMI (Wagner at Covent Garden en 1937, Bach’s St-Matthew Passion  in Vienna in 1954). This edition includes a certain number of alternate takes, some of them unpublished, but also rehearsal excerpts from Polydor recordings already published by Société Wilhelm Furtwängler (SWF). The broadcast  live recordings already issued by EMI, are not included. However, an unpublished live recording ,about the discovery of which we have informed you,  namely the  « Unfinished Symphony » by Schubert, from a WPO concert given October 1st,  1950 at the  Copenhagen Odd Fellow Palaeet, is offered as a « bonus ». The publication is scheduled for September 24. A primary analysis is here: About the Warner Album.

_________________

CD 1 Berlin Hochschule für Musik BPO 
• 01 Weber Der Freischutz: Overture 16.10.1926
• 02-05 Beethoven Symphony No 5 16&30.10.1926
• 06 Mendelssohn A Midsummer Night’s Dream: Overture 1929
• 07 Orchestral Suite No 3 In D Major Bwv 1068: Air 1929
• 08 Schubert Rosamunde: Entracte No 3 1929
• 09 Schubert Rosamunde: Ballet No 2 1929

CD 2 1930 Berlin Hochschule für Musik BPO 
• 01 Wagner Lohengrin Act I Prelude
• 02 Wagner Tristan und Isolde Act I Prelude
• 03 Wagner Tristan und Isolde Act III Isoldes Liebestod
• 04 Schubert Rosamunde: Overture
• 05 Strauss Till Eulenspiegels Lustige Streiche Op 28
• 06 Strauss Till Eulenspiegels Lustige Streiche Op 28 Rehearsal

CD 3 Berlin Hochschule für Musik BPO 
• 01 Mendelssohn Die Hebriden 1930
• 02 Mendelssohn Die Hebriden Rehearsal 1930
• 03 Berlioz La Damnation De Faust: Hungarian March 1930
• 04 Dvorak Slavonic Dances Op 46 No 3 1930
• 05-06 Bach Brandenburg Concerto No 3 1930
• 07 Rossini La Gazza Ladra Overture 1930
• 08 Brahms 21 Hungarian Dances No 1 1930
• 09 Brahms 21 Hungarian Dances No 10 1930
• 10 Weber Invitation To The Dance (Orch Berlioz) 1932

CD 4 Berlin Hochschule für Musik BPO 
• 01 Wagner Gotterdämmerung: Siegfried’s Funeral March 1933
• 02 Beethoven Egmont Overture 1933
• 03 Mozart Le Nozze Di Figaro: Overture 1933
• 04 Mozart Die Entführung aus dem Serail: Overture 1933
• 05 Rossini Il Barbiere Di Siviglia Overture 1935
• 06 Weber Der Freischütz Op 77 J 277 Overture 1935
• 07 Weber Der Freischütz Op 77 J 277 Act Iii Prelude 1935
• 08-11 Mozart Serenade No 13 Eine kleine Nachtmusik 28.12.1936 & 6.1937
• 12 Strauß Die Fledermaus: Overture 28.12.1936

CD 5
• 01-08 Beethoven Symphony No 9   Live Queen’s Hall BPO 1.V.1937

CD 6   
Wagner Die Walküre Act III (Covent Garden 26.5.1937) live Flagstad, Müller, Bockelmann

CD 7 & 8
Wagner Götterdämmerung (Covent Garden 1.6.1937) « gekürzt live:  Prologue (Duo) Zu neuen Taten –  Act I Sc.3 Altgewohntes Gerausch    – Act II sc.4  Heil Dir Gunther – Act II sc.5  Welches Unhold List – Act III sc.3 Schweigt eures Jammer – Starke scheite  Melchior, Flagstad, Thorborg, Janssen, Weber

CD 9 Berlin Beethovensaal BPO
• 01-04 Beethoven Symphony No 5 8.10 & 3.11.1937
• 05 Wagner Tristan und Isolde: Prelude 11.2.1938
• 06 Wagner Tristan und Isolde: Isoldes Liebestod 11.2.1938
• 07 Wagner Parsifal: Prelude 5.3.1938
• 08 Wagner Parsifal: Karfreitagzauber 5.3.1938

CD 10 Berlin Beethovensaal BPO
• 01-04 Tchaikowsky Symphony No 6 Op.74 26&28.10.1938

CD 11 BPO
• 01 Furtwängler Symphonic Concerto for Piano and Orchestra: 2. Movement (E.Fischer) Berlin Beethovensaal 25.4.1939
• 02 Beethoven String Quartet No 13 Op.130 : 5.Satz Cavatina Philharmonie 15.10.1940
• 03 Bruckner Symphony No 7: 2.Satz Adagio Philharmonie 7.4.1942
• 04 Gluck Alceste: Overture Philharmonie 9.10.1942

CD 12 Wien Musikvereinsaal WPO
• 01-10 Brahms Variations On A Theme By Haydn Op 56a  8&23.12.1943
• 11-15 Beethoven Symphony No 6 Op.68  22&23.12.1943

CD 13
• 01-03 Beethoven Violin Concerto Op.61 Y. Menuhin Luzern Kunsthaus  28&29.8.1947

CD 14 Wien Musikvereinsaal WPO
• 01-04 Beethoven:Symphony No 3 Op.55  10,12&17.11.1947 & 15.2.1949
• 05 Beethoven Symphony No 3 Op.55: 2.Satz Marcia Funebre Beginning (idem)
• 06 Beethoven Coriolan Overture Op 62  25.11.1947

CD 15 WPO
• 01-07 Mozart Serenade In B-flat Major K 361 Gran Partita K.361 Wien Brahmssaal 11,19,26.11 & 3.12.1947

CD 16 WPO
• 01-04 Brahms Symphony No 1 Op.68 Musikvereinsaal 17,19&25.11.1947

CD 17 London Kingsway Hall 20,22,24&25.3.1948 LPO
• 01-04 Brahms Symphony No 2 In D Major Op 73 I Allegro Non Troppo
• 05 Symphony No 2 I alternate Take 12080-1
• 06 Symphony No 2 I alternate Take 12082-1
• 07 Symphony No 2 II alternate Take 12083-1
• 08 Symphony No 2 III alternate Take 12086-1

CD 18
• 01-06 Wagner Götterdämmerung Act III Starke Scheite schichtet mir dort K. Flagstad  London Studio N°1 Abbey Road Philharmonia 26.3.1948•

07 Mendelssohn Die Hebriden Ouv. Op.26 Musikvereinsaal WPO 15.2.1949
• 08-11 Mozart Symphony No 40 K.550 Musikvereinsaal WPO 7&8.12.1948 & 15.2.1949

CD 19 Musikvereinsaal WPO
• 01 Wagner Siegfried-Idyll 16&17.2-1949
• 02 Wagner Tannhäuser: Overture 17&22.2.1949
• 03 Wagner Götterdämmerung: Siegfried’s Rhine Journey 23.2.1949
• 04 Wagner Der fliegende Holländer Overture 30&31.3.1949

CD 20 Musikvereinsaal WPO
• 01-10 Brahms Variations On A Theme By Haydn Op 56a 30.3&2.4.1949
• 11 Wagner Die Walküre: Act III Ride Of The Walkyries 31.3.1949
• 12 Berlioz La Damnation De Faust Op 24 H 111 Pt 1 Marche Hongroise 31.3.1949
• 13-16 Mozart Serenade No 13 In G Major K 525 Eine Kleine Nachtmusik 1.4.1949
• 17-19 Brahms 21 Hungarian Dances: No 1, 3&10 4.4.1949
• 20-21 Wagner Die Meistersinger von Nürnberg: Act I Prelude Act II Tanz der Lehrbuben 1&4.4.1949

CD 21 Luzern Kunsthaus
• 01 Wagner Lohengrin: Prelude Act I 29.8.1949
• 02-04 Brahms Violin Concerto Y. Menuhin 29-31.8.1949

CD 22 Musikvereinsaal WPO
• 01-04 Beethoven Symphony No 7 Op.92 18&19.1.1950
• 05-06 Schubert Symphony No 8 In B Minor D 759 19-21.1.1950

CD 23 Musikvereinsaal WPO
• 01 Strauss Tod und Verklärung Op 24 21-24.1.1950
• 02 Strauß Kaiserwalzer Op.437 24.1.1950
• 03-06 Beethoven Symphony No 4 Op.60 25&30.1.1950

CD 24 WPO
• 01 Wagner Götterdämmerung: Siegfried’s Funeral March Musikvereinsaal 31.1.1950
• 02 Wagner Die Meistersinger von Nürnberg Act III Prelude Musikvereinsaal 1.2.1950
• 03 Weber Oberon: Overture Musikvereinsaal 1.2.1950
• 04-05 Schubert Rosamunde D 797 Entr’Acte No 3 Ballet Music No 2 Brahmssaal 2.2.1950
• 06-07 Tchaikowsky Serenade For Strings In C Major Op 48 Ii Valse Iv Finale Tema Russo Brahmssaal 2.2.1950
• 08-09 Strauß Pizzicato Polka – Pizzicato Polka Version Without Glockenspiel 3.2.1950
• 10-11 Mozart Die Zauberflöte: Act I O Zittre nicht mein lieber Sohn – Act II Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen W. Lipp Brahmssaal 3.2.1950

CD 25 Musikvereinsaal WPO
• 01 Schubert Rosamunde: Overture 3-17.1.1951
• 02-05 Tschaikowsky Symphony No 4 Op.36 4-10.1.1951
• 06 Cherubini Anacreon Overture 11.1.1951

CD 26 Musikvereinsaal WPO
• 01-04 Haydn Symphony No 94 11-17.1.1951
• 05 Nicolai The Merry Wives Of Windsor: Overture 18.1.1951
• 06 Schumann Manfred: Overture Op.115 24-25.1.1951
• 07 Smetana Ma Vlast: Vltava (Moldau) 24.1.1951

CD 27
• 01-03 Beethoven Piano Concerto No 5 E. Fischer  Abbey Road Studio n°1 Philharmonia 19&20.2.1951

• 04-06 Mendelssohn Violin Concerto In E Minor Op 64 Y. Menuhin  Berlin Jesus-Christ Kirche BPO 25&26.5.1952

CD 28
• 01- 11 Beethoven Symphony No 9 live Festspielhaus Bayreuth 29.7.1951

CD 29 Berlin Jesus-Christ Kirche BPO
• 01 Schubert Symphony No 9 In C Major D 944 The Great 27&28.11; 2-4.12.1951
• 05 Furtwängler Symphony No 2: 1.Satz 22.11-4.12.1951

CD 30 Berlin Jesus-Christ Kirche BPO
• 01 Furtwängler Symphony No 2: 2.,3. und 4.Satz 22.11-4.12.1951
• 04-07 Haydn Symphony No 88 In G Major Hob I 88 4&5.12.1951

CD 31 London Kingsway Hall Philharmonia
• 01-06 Wagner Götterdämmerung Act III Starke Scheite K.Flagstad 22.6.1952
• 07-10 Mahler Lieder eines fahrenden Gesellen D. Fischer-Dieskau 24&25.6.1952

CD 32 Musikvereinsaal WPO
• 01-04 Beethoven Symphony No 1 Op.21 24,26-28.11.1952
• 05-09 Beethoven Symphony No 6 Op.68 24&25.11.1952

CD 33 Musikvereinsaal WPO
• 01-04 Beethoven Symphony No 3 Op.55 24&25.11.1952

CD 34 Musikvereinsaal WPO
• 01-04 Beethoven Symphony No 4 Op.60 1&2.12.1952
• 05 Wagner Tannhäuser: Overture 2&3.12.1952

CD 35 London Kingsway Hall Y. Menuhin Philharmonia
• 01-03 Beethoven Violin Concerto Op.60 7&8.4.1953
• 04-05 Beethoven Romance No 1 In G Major Op 40 No 2 In F Major Op 50 9.4.1953

CD 36
• 01-04 Schumann Symphony No 4 Berlin Jesus-Christ Kirche BPO 14.5.1953
• 05-07 Franck Symphony In D Minor Musikvereinsaal WPO 14&15.12.1953

CD 37
• 01-03 Bartok Violin Concerto No 2 Y. Menuhin Abbey Road Studio n°1 Philharmonia 12&13.9.1953

CD 38
• 01-04 Beethoven Symphony No 5 Musikvereinsaal WPO 28.2 &1.3.1954

CD 39 Musikvereinsaal WPO 2&3.3.1954
• 01 Wagner Götterdämmerung: Siegfried’s Funeral March
• 02 Wagner Götterdämmerung: Siegfried’s Rhine Journey
• 03 Strauss Don Juan Op.20
• 04 Strauss Till Eulenspiegels Lustige Streiche Op.28
• 05 Liszt Les Préludes

CD 40
• 01 Wagner Lohengrin: Prelude Musikvereinsaal WPO 4.3.1954
• 02 Weber Der Freischütz: Overture Musikvereinsaal Op.77 WPO 5&6.3.1954
• 03 Weber Euryanthe: Overture Musikvereinsaal Op.81 WPO 5&6.3.1954
• 04 Gluck Alceste: Overture Musikvereinsaal WPO 8.3.1954
• 05 Gluck Iphigénie en Aulide: Overture Musikvereinsaal WPO 8.3.1954
• 06 Beethoven Leonora Overture No 2 Op 72a Berlin Hochschule für Musik BPO 4&5.4.1954

CD 41-43 Wien Konzerthaus WPO  Bach Matthäus Passion Bwv 244 live 14&17.4.1954

CD 44-47 Kingsway Hall Philharmonia  Wagner Tristan und Isolde 10-22.6.1952

CD 48-49 Musikvereinsaal WPO  Beethoven Fidelio Op 72 13-19.10.1953

CD 50-53 Musikvereinsaal WPO Wagner Die Walküre 28.9-6.10.1954

CD 54 Inédits/Unpublished WPO
• 01-03 Schubert Symphony No 8 D 759 Copenhagen Odd Fellow Palaeet Live 1.10.1950
• 04 Strauß Kaiserwalzer Musikvereinsaal 1.1950
• 05 Wagner Götterdämmerung: Siegfrieds Funeral March Musikvereinsaal 1.1950
• 06 Schubert Rosamunde D 797 Entracte No 3 Musikvereinsaal 1.1950
• 07 Schubert Rosamunde D 797 Entracte No 3 Musikvereinsaal 1.1950
• 08 Tschaikowsky Serenade For Strings In C Major Op 48 : 3.Satz Musikvereinsaal 2.1950
• 09 « Tuning Buzzers And False Starts »

CD 55
• 01 Furtwängler A Memoir 1 Introduction – Overview
• 02 Furtwängler A Memoir 2 Berlin 1930s
• 03 Furtwängler A Memoir 3 Conducting Technique
• 04 Furtwängler A Memoir 4 Europe 1940s
• 05 Furtwängler A Memoir 5 Demands In Rehearsal
• 06 Furtwängler A Memoir 6 Philharmonia Orchestra – Methods Impact And Results
• 07 Furtwängler A Memoir 7 Artistic Relationships With Soloists
• 08 Furtwängler A Memoir 8 Orchestra Balancing And Recording
• 09 Furtwängler A Memoir 9 Vulnerability And Insecurity
• 10 Furtwängler A Memoir 10 Final Appearance

Catégories
Non classifié(e)

Furtwängler – Bruckner Symphonie n°4 – Welche Fassung? Quelle Version?

English Translation and Documents (downloadable pdf files): click here

Il est depuis peu possible d’avoir librement accès à un certain nombre de quotidiens autrichiens de l’année 1950. Parmi ceux-ci, l’Oberösterreichische Nachrichten (Linz) présente une rubrique musicale quotidienne consacrée à des études et à des compte-rendus de concert.

Dans le numéro du 26 septembre 1950, on trouve un article du spécialiste d’Anton Bruckner Ludwig K. Mayer1 sobrement intitulé « Um Bruckner Vierte » et donc consacré à sa Quatrième Symphonie. Il donne des informations nouvelles sur le choix très contesté de Furtwängler de ne pas diriger la Version éditée en 1936 par Haas et de s’en tenir à la première édition imprimée en 1889.

La présente étude a seulement un but informatif: faire le point sur les raisons de son choix, sans prendre position sur le fond.

I- Les Versions de la « Quatrième »:

Notons à titre liminaire qu’il est question dans ce texte de deux Versions (« Fassungen »), dénommées d’une part « Originalfassung » (Version Originale) et d’autre part « Erstdruckfassung » (Première Version imprimée).

De nos jours, celle qu’on appelle la Version Originale (ou Version Initiale) a été composée en novembre 1874, et elle n’a été ni exécutée, ni publiée du vivant du compositeur. Elle n’a été publiée qu’en 1975 par Leopold Nowak.

En 1878, Bruckner révise les deux premiers mouvements et compose un nouveau Scherzo, la fameuse « Scène de chasse », ainsi qu’un nouveau Finale dénommé Volksfest.

En 1879/80, il remplace ce Finale par une troisième version. Cette Version, non publiée, est utilisée pour la Première le 20 février 1881 avec le WPO dirigé par Hans Richter.

En 1881, suite à la Première, Bruckner révise une nouvelle fois la partition. Cette Version a été publiée en 1936 par Robert Haas sur la base du manuscrit dans le cadre de la « Gesamtausgabe »( Edition Intégrale »). C’est cette Version qui dans le texte de Ludwig K. Mayer est dénommée « Originalfassung ».

La liste impressionnante des modifications de cette partition continue avec la nouvelle révision de 1886 qui diffère peu de celle de 1881. Cette partition est destinée à Anton Seidl qui la dirigera à New-York le 4 avril 1888. Redécouverte en 1952, elle sera publiée par Anton Nowak en 1953.

On en arrive enfin aux révisions de 1887-1888 qui ont donné lieu à la première publication de l’ œuvre en 1889 par l’éditeur Gutmann (suivie d’une édition corrigée en 1890). C’est cette première Version imprimée qui est dénommée « Erstdruckfassung » (ou encore Version 1888, bien qu’elle ait été publiée en 1889).

Elle incorpore de nombreuses modifications introduites par Bruckner avec l’assistance de Ferdinand Löwe et des frères Franz et Joseph Schalk, en prévision de la publication.

Si effectivement, après l’exécution publique de cette Version modifiée donnée le 20 janvier 1888 par le WPO, encore une fois sous la direction d’Hans Richter, Bruckner a, en février 1888, porté de sa main (et daté) de nombreuses corrections dans la « Stichvorlage » (Version révisée pour l’édition), l’ « Erstdruckfassung » qui en est résulté a fait l’objet de polémiques et Furtwängler a été beaucoup critiqué pour avoir continué à la diriger après la parution en 1936 de l’ « Originalfassung ».

En effet, il se pourrait que les frères Schalk et Ferdinand Löwe aient imposé à Bruckner leur révision, ceci conditionnant la publication, et que ce dernier n’aurait pu qu’apporter des correctifs manuscrits à une Version qui ne correspondrait cependant pas à sa volonté. L’hypothèse selon laquelle Bruckner avait tellement peu confiance en sa technique qu’il était influençable a été introduite sans preuve sérieuse par Robert Haas2 qui n’avait pas connaissance de la « Stichvorlage », laquelle n’a été découverte qu’en 1940. Depuis, les positions ont évolué sans toutefois éteindre la polémique et la Version 1888 a pris sa place grâce à Benjamin Korstvedt dans la Gesamtausgabe en 2004.

Toujours est-il que cette Version a obtenu un imprimatur du compositeur, ce qui n’est pas le cas de celle Version élaborée en 1895 par Gustav Mahler (réorchestration de la Version 1888 et nombreuses coupures), mais elle lui a permis de jouer l’œuvre avec succès là où il avait du mal à l’imposer, notamment à New-York en 1910 (voir les articles de presse dans l’annexe pages 4 à 7) où l’exécution donnée le 30 mars dépassait à peine les 45 minutes (The Press March 31, 1910).

II- L’article de Ludwig K. Mayer:

Le débat sur l’authenticité ou plutôt la légitimité de l’ « Erstdruckfassung » est au cœur de cet article. Il incite à analyser l’évolution de la position de Furtwängler depuis la publication de la Version Hass (« Originalfassung ») en 1936.

Mayer commence par rappeler que le problème complexe de la validité des différentes versions autographes de ses symphonies s’est posé dès le début de l’édition de cette « Gesamtausgabe », en particulier pour les Quatrième et Cinquième Symphonies.

Il souligne ensuite un fait qui est passé presque inaperçu: en 1943 Wilhelm Furtwängler a abandonné l « Originalfassung » de la Quatrième au profit de l’ « Erstdruckfassung » et n’a cessé depuis de la diriger. La raison en était que, comme le chef lui avait dit de vive voix, la connaissance de documents l’avaient convaincu de l’authenticité et de la pertinence ultime de cette Version. Mais les circonstances de la guerre n’ont pas permis à l’auteur de l’article d’en savoir plus et il n’a pas eu de contact avec Furtwängler avant de rédiger son article.

Cependant, grâce aux travaux d’Alfred Orel qui venaient d’être publiés, Mayer pense être en mesure de préciser ce qui aurait pu convaincre Furtwängler: en 1940, la « Stichvorlage » pour l' »Erstdruckfassung » de la Quatrième Symphonie a été trouvée dans les papiers de Ferdinand Löwe, et serait la preuve de la validité de l’ « Erstdruckfassung »:

« Il s’agit d’une copie préparée par Ferdinand Löwe, qui a été soigneusement relue par Bruckner qui a apporté de nombreuses corrections manuscrites. Cette découverte est complétée par des lettres de Bruckner dans lesquelles il indique avoir à son instigation personnelle (« aus eigenem Antrieb ») considérablement modifié (« gewaltig geändert ») la « Quatrième ».

Alfred Orel (cité par Mayer) a commenté sa découverte de la manière suivante: «  La Stichvorlage (ou Version révisée pour l’édition) méticuleusement préparée par Bruckner est à ce jour la source connue la plus crédible pour la Quatrième. Elle représente dans l’état actuel des recherches l’ultime volonté clairement exprimée par Bruckner pour la structure du texte de la Quatrième Symphonie », elle est la dernière version de sa main (« Fassung letzter Hand »), et constitue également pour le futur la volonté ultime de Bruckner ».

Et Orel conclut: « Il est de toutes façons clair que ces nouvelles découvertes issues d’une démarche scientifique – et nous insistons: d’une démarche scientifique – ne remettent pas en cause les modifications de la partition de la main de Bruckner pour la « Gesamtausgabe » ; au contraire, plus nous en savons au sujet de Bruckner, plus on se rapproche de lui ».

Mayer termine son article en signalant une erreur dans le texte d’Orel qui écrit qu’en utilisant l’ « Erstdruckfassung » lors de son concert viennois du 21 décembre 1948, Furtwängler a contribué à rétablir la volonté expresse de Bruckner. Mayer rappelle que Furtwängler avait accompli ce changement dès 1943.

III– La réponse du Pr. Max Auer3:

L’édition du 30 septembre 1950 apporte cette réponse qui contredit la thèse de Mayer. Auer rappelle tout d’abord que depuis 1887, quand Hermann Levi a rejeté la Huitième comme étant « injouable », Bruckner subissait la pression de ses élèves Joseph Schalk et Ferdinand Löwe qui le poussaient non seulement à revoir complètement sa Huitième déjà achevée, mais aussi à alléger l’orchestration de ses œuvres antérieures et à les raccourcir, et la Quatrième en a été également victime.

Ensuite, Auer met en avant les points suivants:

1) La lettre mentionnée par Mayer concernerait en fait la toute première Version intitulée « Vierte Symphonie, Es Dur » qui n’a jamais été exécutée en entier et qui ne comportait pas encore l’intitulé « Romantique ».

2) Bruckner s’est exprimé dans son Testament de 1893 dans lequel il exige expressément la publication de toutes ses partitions originales sans exception qui sont conservées à la Wiener Hofbibliotek.

3) Si Bruckner, dans une lettre à Weingartner, lui écrivait, concernant la Huitième, qu’il pouvait la raccourcir car étant trop longue, par contre, dans la Version imprimée, les coupures devraient être mentionnées, car l’ensemble était pour les « temps futurs » et pour les « amateurs et les connaisseurs », nous estimons maintenant que ces temps futurs sont venus et que Bruckner doive sonner selon les originaux. Ceci vaut également pour la « Quatrième » qui doit être révisée.

IV- La réponse de Ludwig K. Mayer:

Si Mayer ne dit rien en ce qui concerne la lettre à Weingartner, par contre il répond clairement en ce qui concerne la lettre que lui-même avait mentionnée ainsi que le testament de Bruckner:

1) Il s’agit d’une lettre à Hermann Levi en date du 27 février 18884 dans laquelle il est question de l’exécution de l’œuvre à Vienne un mois plus tôt sous la direction d’Hans Richter, et la partition était déjà pour l’essentiel celle de l’ « Erstdruckfassung ». Suite à cette exécution viennoise, Bruckner a introduit de sa main dans la « Stichvorlage » de nouvelles modifications de la partition en vue de son édition.

2) La phrase citée du testament remonte à une époque où toutes les œuvres n’avaient pas encore été publiées: « En même temps, je précise que la firme Jos. Eberle und Cie. devrait être autorisée à emprunter pour une durée limitée à la Hofbibliotek les manuscrits des œuvres à éditer, et que cette dernière soit obligée de prêter à M. Jos. Eberle les manuscrits originaux pour une durée correspondante ». Cette phrase ne peut en aucune façon avoir le sens qu’Auer lui donne. Si Bruckner avait voulu annuler les premières éditions (« Erstdrucke »), il en aurait vraisemblablement fait état de manière plus précise dans ses dernières volontés.

V- Conclusion de Ludwig K. Mayer:

Dans le cas de la Quatrième, il y a un document incontestable qui permet de comprendre comment Furtwängler en est arrivé à sa décision.

VI- Le point de vue de Furtwängler:

1- Dans sa conférence de 1939 donnée à Vienne dans le cadre de la « Deutsche Bruckner Gesellschaft », Furtwängler s’est exprimé sur la problématique des éditions originales (« Urfassung ») et des versions successives de ses symphonies:

Des musiciens sérieux et objectifs comme Schalk et Löwe, qui connaissaient, aimaient et respectaient Bruckner, considéraient à l’époque comme impossible de présenter au public ses œuvres dans leur forme originale, et désespéraient de pouvoir les rendre directement compréhensibles5. Ils cherchèrent donc à jeter des ponts, à servir d’intermédiaires. Et ces ponts, ces intermédiaires, donneront les révisions. Quelle était la position personnelle du maître? Dans quelle mesure prenait-il part à ces éditions révisées? Ou bien se contentait-il de se laisser faire ? Ou même, protestait-il ? Cela pourrait bien ne jamais être tranché.

On ne peut à ce jour connaître la signification pour l’avenir des Versions Originales actuellement en cours de publication. Certes, le combat et la victoire véritables de la musique de Bruckner ont eu lieu grâce aux versions précédemment connues. Pour notre connaissance du langage musical, du style et de la sensibilité brucknériens, les Versions Originales sont cependant très significatives et riches d’enseignement; les différences se trouvent dans l’instrumentation aussi bien que dans la conduite du tempo ; pour ces deux paramètres, il y a plus de simplicité, d’unité et de linéarité dans les versions originales ce qui semble davantage correspondre aux larges horizons de la sensibilité musicale du maître. En ce qui concerne les nombreuses coupures qui ont été rétablies dans les Versions Originales publiées, on a en général l’impression d’une cohérence organique plus importante, et cela, non seulement dans les détails, pour ainsi dire à chaque mesure, mais avant tout, en considération de l‘ensemble correspondant.

Justement, là où les coupures étaient les plus brutales- le finale de la Cinquième Symphonie, avait autrefois cent vingt-deux mesures de moins que maintenant – la puissance, la clarté et l’efficacité supérieures du texte original sont indiscutables. De la sorte, ce finale, le plus monumental de la musique mondiale, nous est donc tout simplement restitué. Quelle chose étonnante pourtant que l’existence de ces différentes Versions! Chez quel autre musicien trouvons nous un tel remaniement perpétuel de la même œuvre? Nous savons de Beethoven qu’il travaillait lentement et laborieusement. Mais quand le processus de création était achevé, l’œuvre était terminée. N’a-t-on pas, au contraire, l’impression directe chez Bruckner, que pour lui, intérieurement, une œuvre n’était jamais entièrement terminée! Comme si c’était l’essence même de cette musique expansive et sans limites, dans son aspiration à se dépasser, de n’être jamais totalement achevée, jamais définitive.

Plus loin dans son texte, Furtwängler fait litière du concept d’un Bruckner présenté comme un « musicien naïf à la foi enfantine immuable » qui résulte selon lui d’anecdotes plus que tendancieuses, et en attribue la propagation à « une attitude jalouse de la médiocrité bourgeoise envers les grands ». Il rejette comme « ayant poussé sur le même arbre » les concepts comme « le mauvais caractère de Wagner », l »amertume maladive » de Beethoven », « l’esprit prudhommesque de Brahms » et enfin la « médiocrité intellectuelle » de Bruckner.

2- En 1941, Furtwängler, dans une de ses notes non destinées à la publication, écrivait avec une grande liberté de ton (cf. notamment le qualificatif attribué à la théorie de Haas sur les versions des élèves de Bruckner Löwe et Schalk):

 » On a est trouvé» – on dirait – une Version pour l’impression. D’après Haas, cela ne change rien, le fait reste le même: »viol » (Vergewaltigung) de Bruckner par ses élèves (« Schüler »). Ceci est extensible. On devrait plutôt parler d’un « viol » du public par le mythe de Haas. C’est un fait que la célébrité de Bruckner n’est pas fondée sur l’édition complète mais sur les éditions antérieures. On peut même se poser la question si Bruckner, avec l’Edition Complète, serait devenu célèbre aussi rapidement. Ce qui m’importe n’est pas la fidélité aux notes dans le sens des «pharisiens et scribes» mais le Bruckner authentique. Et je ne peux pas considérer seulement l’Edition Originale comme authentique quand il existe une Version postérieure révisée pour l’édition (Stichvorlage)! Pour cela la théorie de Haas sur le « viol » serait nécessaire, et elle n’est pas authentique. Elle est même en contradiction avec la psychologie d’un Grand Homme. Seul un esprit non-productif peut croire qu’un grand créateur pourrait, mis sous pression, se laisser manipuler…….. La falsification du caractère de Bruckner – Bruckner considéré comme un idiot – induite par cette thèse est bien plus grave que celle commise par les tentatives de ses premiers élèves Löwe et Schalk.

A ce propos, il faut dire: les Versions Originales diffèrent. Des manuscrits originaux existent seulement pour la 4ème et la 5ème symphonie . Ils n’existent pas pour les 2ème, 3ème et 7ème.. Ceux de la 2ème et de la 3ème ont été reconstruits par Haas, de manière aléatoire.

Des Versions Originales construites de cette manière n’ont pas de valeur.

Pour la 5ème, le cas est différent. Ici la Version Originale, en comparaison, est préférable.

Bien que semblable, le cas de la 4ème est différent. »

N.B. Furtwängler exprime ici dès 1941 des doutes quant à la rigueur musicologique de certaines des Versions de Haas. D’ailleurs, quand il se confirmera au début des années 50 que la Version Haas de la « Huitième » posait des problèmes, il reviendra à la Version Haslinger-Schlesinger-Lienau de 1892 lors de ses concerts viennois de 1954.

3- Dans une lettre à Paul Baur en date du 21 août 1948, Furtwängler explique pourquoi il ne veut pas enregistrer de symphonie de Bruckner pour le disque: « Avec Bruckner, si le caractère libre et improvisé de l’exécution n’est plus là, alors le meilleur est perdu ».

VII- Furtwängler et les exécutions de la Quatrième de Bruckner:

Furtwängler a dirigé cette œuvre entre 1914 et 1951 (66 exécutions). C’est la symphonie de Bruckner qu’il a le plus dirigé, plus que la Huitième.

Karl Grunsky a relevé les minutages de la Quatrième lors du concert donné à Stuttgart  le 17 mai 1924 avec le BPO:

I: 19′; II: 21’30; III: 7’30; IV: 17′ soit en tout 65′, et il remarque: coupures (« mit Kurz. ») dans III et IV.

(pour comparer, Stuttgart WPO 22 octobre 1951: I: 17’45; II: 18’15; III:10’30; IV:19’30)

Il s’agit de coupures introduites par Furtwängler et auxquelles il renoncera ensuite.

On notera que le 9 avril 1930, Franz Schalk dirige sa Version de l’œuvre (« Erstdruckfassung » également dénommée Version 1888) avec le WPO au Konzerthaus de Vienne et ensuite, Furtwängler part le même mois en tournée avec l’orchestre et dirige 4 fois cette version (Munich le 23, Stuttgart le 24, Cologne le 25 et enfin Londres le 29). Il la dirigera ensuite à Berlin avec le BPO les 24, 27 et 28 novembre 1932.

Jusqu’en 1932, c’est forcément la Version 1888, la seule disponible, que Furtwängler dirige.

En 1936, parait l’édition Robert Haas, l’ « Originalfassung ». Pourtant, il n’en profite pas pour inscrire l’ œuvre au programme de ses concerts.

Il faudra attendre 1941 pour qu’il la donne de nouveau (22 exécutions jusqu’en 1951):

– Berlin BPO 14, 15, 16 et 17 décembre 1941 (avec un enregistrement incomplet du concert du 146)

– Vienne WPO 3 et 4 janvier 1942

– Winterthur (Winterthur Stadtorchester) 16 janvier 1943

– Berne (Berner Stadtorchester) 26 janvier 1943

– Buenos-Aires (Orch. Teatro Colon) 17 avril 1948

– Lucerne (Festspielorchester) 18 août 1948

– Vienne WSO 21 et 22 décembre 1948

-Tournée en Allemagne avec le WPO: 7 exécutions entre le 14 et 1e 29 octobre 1951, dont deux enregistrées (Stuttgart le 22; Munich le 29)

-Berlin (BPO) 30 novembre, 2 et 3 décembre 1951

VIII- Furtwängler de 1941 à 1951: quelle(s) Version(s) pour la Quatrième?

Nous disposons de deux sources laissant entendre que Furtwängler aurait abandonné la Version Haas au profit de la Version 1888. Auer place la date de ce changement en 1948, alors que Mayer le date de 1943, et son affirmation semble solide, puisqu’il s’en est entretenu de vive voix avec Furtwängler.

Pour les concerts de décembre 1941 avec le BPO, on connaît un enregistrement réalisé sur disques « Decelith ». Comme il a été effectué avec un seul graveur, il y a une interruption de quelques dizaines de secondes toutes les 4’30 environ. Cet enregistrement a été édité6. Il est conforme à la Version 18887, et il n’y a plus de coupures.

Pour les concerts viennois de janvier 1942, le site de l’orchestre mentionne explicitement la Version 1888.

De par l’article de Mayer, il est certain que Furtwängler était convaincu au moins à partir de 1943 que la Version 1888 représentait la volonté ultime de Bruckner.

Par ailleurs, Orel date de 1940 la découverte des documents (la « Stichvorlage » et la lettre de 1888 à Hermann Levi) dans les papiers de F. Löwe. Furtwängler, qui n’avait pas dirigé l’œuvre depuis 1932, et qui dans sa conférence de 1939 déplorait que peut-être on ne saurait jamais ce que Bruckner pensait des partitions modifiées par F. Löwe et les frères Schalk, a eu très vite connaissance de l’existence de la « Stichvorlage » et on peut dire qu’il a alors définitivement décidé de ne pas adopter la Version Haas et de continuer à diriger la Version 1888 lors des concerts de 1941 et 1942.

En effet, dans ses notes qui datent justement de 1941, Furtwängler écrit explicitement qu’il « ne peut considérer une édition originale comme authentique, s’il existe une « Stichvorlage » postérieure », et il s’emporte même parce que Haas, en dépit de la découverte de la « Stichvorlage » révisée de la main de Bruckner maintienne sa position quant à Löwe et Schalk. Il semble que lorsqu’il a rédigé sa note, il n’avait pas encore pu consulter la « Stichvorlage », alors qu’il est probable qu’il y avait eu accès quand, en 1943, il en a parlé à Mayer.

On ne sait pas quelle aurait été sa réaction s’il avait connu la teneur de la lettre de Bruckner à Weingartner citée par Auer.

Il est pourtant probable que, bien qu’il soit parti pour une tournée d’un mois en Europe avec le WPO (25 septembre – 22 octobre), il ait eu connaissance de ces deux articles, et donc de la lettre à Weingartner.

Tel est semble-t-il le point des connaissances à l’époque. Une consultation des archives Furtwängler à la Zentralbibliothek de Zürich permettrait peut-être d’en savoir plus, notamment sur la date précise à laquelle Furtwängler a pris connaissance de ces documents.

Kurt-Victor Selge8 a analysé les adaptations que Furtwängler apportait dans ses concerts à la partition de la Version 1888. Il s’agit essentiellement de modifications quant aux indications de changement de tempo qu’il ne suit que partiellement, mais qu’il complète, afin de conférer un caractère plus linéaire et chantant au discours musical.

Il nous donne également des indications précieuses quant à la motivation de Furtwängler:

Bien qu’il se servît après 1938, pour les symphonies V à IX, des « Editions Originales » fraîchement révisées par Robert Haas, il n’a pas été convaincu par les modifications dans la IVème. Pourquoi ?

Lors des discussions avec des étudiants du Conservatoire National de Musique de Munich en 1951, Furtwängler s’est exprimé à ce sujet. Il en ressort qu’il considérait Bruckner plutôt comme compositeur « mystique » que comme un artiste qui cherche avec une objectivité maximale l’expression d’un « ordre cosmique » (comme, plus tard, le faisait Günther Wand). Les enregistrements de Furtwängler de la Vème et surtout de la VIIIème symphonie témoignent d’une prise de possession énergique de l’œuvre, avec des accélérations et des ralentissements et une expressivité émotionnelle qui dépasse la simple reproduction du texte, gommant ainsi les « faiblesses » de la composition que Furtwängler y voyait. Les enregistrements conservés de la VIIème et de la IXème (mais également les 3 mouvements conservés de la VIème de 1943), montrent la même intensité de l’interprétation, mais suivent davantage les indications des tempi dans le texte. Dans la IVème, c‘est déjà par le choix de l’édition qu’il choisit que nous nous rendons compte que Furtwängler, tout en se basant sur la partition, cherche à s’en libérer en créant un univers sonore qui dépasse et transcende le texte écrit. »

IX – Conclusion:

Il résulte de ce qui précède que la Version 1888 est la seule que Furtwängler ait jamais dirigée.

L’article de Mayer nous informe que Furtwängler lui avait dit de vive voix que la connaissance de documents l’avaient convaincu de l’authenticité et de la pertinence ultime de cette Version.

Mayer est d’avis que sa décision a tenu compte des documents récemment découverts, ces documents établissant qu’il s’agissait de la part de Bruckner de sa dernière conception de l’œuvre:

– la « Stichvorlage », à savoir la version révisée pour l’édition, que Bruckner a pris la peine, après la Première de cette Version encore à l’état de projet, de corriger de sa main. Si effectivement, des corrections ont pu être apportées à certaines de ses œuvres sans son consentement, ce n’est pas le cas pour la « Quatrième ». On notera que la « Quatrième » est la seule pour laquelle il existe une « Stichvorlage ».

– et la lettre à Hermann Levi en date du 27 février 1888, dans laquelle il indique avoir à son instigation personnelle (« aus eigenem Antrieb ») considérablement modifié (« gewaltig geändert ») la Quatrième ».

Furtwängler ne pouvait pas avoir eu connaissance de ces documents en 1939 quand il a donné sa conférence sur Bruckner, car ils n’ont été découverts qu’en 1940.

La prise de position de Mayer est confirmée par la note de Furtwängler datée de 1941 (qui est toutefois antérieure à la date, 1943, donnée par Mayer). En effet:

a) Les deux textes de Furtwängler (conférence de 1939 et notes de 1941) montrent qu’il était en complète opposition avec la théorie de Robert Haas selon laquelle Bruckner se serait laissé manipuler par ses élèves Schalk et Löwe.

b) La note de 1941 montre dans sa partie conclusive que Furtwängler avait des doutes quant à la rigueur musicologique de Haas. Il s’emporte même contre Haas qui maintient sa position et s’en tient donc à l’ « Originalfassung » publiée en 1936.

c) Dans ce contexte, elle indique sans ambiguïté, et sans même qu’il y ait besoin de prendre en compte la lettre à H. Levi, que la « Stichvorlage » corrigée de la main du compositeur suffisait à le convaincre, lui qui considérait l’œuvre de Bruckner comme étant par essence « jamais totalement achevée, jamais définitive », de continuer à diriger la Quatrième dans la Version 1888, car elle représentait le point ultime de sa conception. 

Les différences entre la Version 1888 et l’ « Originalfassung » concernent essentiellement l’orchestration et les changements de tempo.

Si Furtwängler a choisi la Version de 1888, il a aussi, comme dans les symphonies V et VIII, pris des libertés importantes avec le texte écrit, surtout en matière de changements de tempo et, comme souligné par K-V Selge, pour rechercher plus de linéarité dans la conduite du discours musical, ce qui, selon le concept exprimé par Furtwängler dans sa conférence sur Bruckner, la rapprocherait de l’esprit des Versions Originales.

___________

1 Le musicologue allemand Ludwig Karl Mayer (1896-1963) a enregistré pour Polydor en 1943 avec l’orchestre du Städtische Oper de Berlin l’Ouverture en sol mineur (WAB 98) et 4 Pièces pour orchestre (WAB 96 et 97) de Bruckner. Il a publié une histoire de la musique ainsi qu’une histoire de la musique du XXème siècle.

2 Furtwängler, (voir plus loin dans le texte) s’est on ne peut plus clairement, voire violemment, opposé à ce concept qui a été largement utilisé pour décrédibiliser les Versions ultérieures de ses symphonies. La position de Robert Haas, qui était nazi, était fortement imprégnée d’idéologie.

3 Le musicologue autrichien Max Auer (1880-1962) a été un des co-fondateurs et le premier Président de l’ « Internationale Bruckner-Gesellschaft ». Il est considéré comme un des principaux biographes de Bruckner, dont il possédait une collection de manuscrits qu’il a légués à l’ « Österreichische Nationalbibliotek ». Sans surprise, il expose la position officielle de la Bruckner-Gesellschaft, qui est celle de Robert Haas. La polémique n’est pas près de s’éteindre…

4 On sait depuis qu’à cette lettre était jointe la « Stichvorlage » pour un concert que Levi devait donner à Munich le 14 avril, et Bruckner a même demandé à Levi de préparer à ses frais des parties d’orchestre.

5 Hermann Levi, Gustav Mahler et Felix Weingartner ont rencontré les mêmes problèmes. Quant à Hans Richter, il a participé activement à l’évolution de la Quatrième.

6 CD:The Wilhelm Furtwängler Center of Japan WFHC-018/20

Téléchargement:  https://www.abruckner.com/store/downloads/BSVD0113

7 Cette vérification a été effectuée d’une part par Kurt-Victor Selge (Wilhelm Furtwängler Gesellschaft e.V. Berlin) et d’autre part le Pr. Dr. Daisuke Hirose pour « The Wilhelm Furtwängler Center of Japan ».

8Texte du livret de l’album WFHC-018/20

Bibliographie:

– Elisabeth Furtwängler et Günther Birkner Aufzeichnungen 1924-1954 (F. A. Brockhaus Wiesbaden)

– Wilhelm Furtwängler « Ton und Wort » (F. A. Brockhaus Wiesbaden) ; Musique et Verbe (Albin Michel – Collection Pluriel)

– Franz Thiess Wilhelm Furtwängler « Briefe » (F. A. Brockhaus Wiesbaden)

-Stéphane Topakian Liste des exécutions d’œuvres de Bruckner par Wilhelm Furtwängler (Société Wilhelm Furtwängler – 2017)

                                                                                           Philippe JACQUARD

_______________

Remerciements pour leur aide précieuse à Constanze Dedieu et Georges Zeisel; ainsi qu’à Masayuki Nakamura et au Pr. Dr. Daisuke Hirose « The Wilhelm Furtwängler Center of Japan ».

En annexe: un fichier à télécharger comportant dans la langue originale les deux articles de Ludwig K. Mayer, les textes de W. Furtwängler et K-V Selge, ainsi que quatre critiques parues en 1910 dans la presse new-yorkaise après l’exécution de la Quatrième sous la direction de G. Mahler.

Copyright Concerts & Archives HD